Publié par Laisser un commentaire

Un cartier à Marseille en 1971 – Camoin ou la fin de la tradition à Marseille

cartes à enseignes espagnoles A.Camoin & Cie.
probablement années 1950
coll.personnelle

On peut trouver sur le site de l’INA un sujet télévisé consacré à la carterie « Camoin & Cie. » du 11 juin 1971, quelques temps avant sa fermeture définitive dans les années 1970.

On est indéniablement très loin du travail des cartiers de la fin du XVIIIe siècle, seules les opérations de tri des cartes sont encore manuelles. Le reportage se focalise sur les Tarots, cependant on y voit également des cartes à enseignes espagnoles ou celles destinées au marché asiatique. Conclusion du reporter : cette tradition de cartiers a fait de Marseille la capitale… « de la belote » !
Si, comme le reportage l’indique, l’activité de la carterie peut remonter à 1760, on parle alors de celle de Conver puis Levenq de Conver & cie, à laquelle Jean-Baptiste Camoin (1819-1886) fut associé par son mariage en 1863 à Marie Magdeleine Martin, elle même associée de ladite fabrique.
Thierry Depaulis décrit dans « Cartes à jouer et Tarots de Marseille » comment Jean-Baptiste Camoin pris la main sur l’entreprise de carterie, avant de devenir le seul cartier marseillais, en écrasant ou achetant sa concurrence grâce à l’industrialisation de la fabrication des cartes. TD indique également

« avant l’arrivée de Camoin dans l’entreprise, tout se faisait à bras, l’impression, le lissage, le découpage, la mise en couleur »

Le nom de Camoin marque donc l’arrêt définitif de la fabrication des cartes à jouer dans la tradition des maîtres cartiers à Marseille.

VERSION ANGLAISE CI-DESSOUS / ENGLISH TRANSLATION BELOW

On the INA (Institut National de l’Audiovisuel)’s website, can be found a 1971 video about the card-factory « Camoin & Cie. », a few years before it permanently went out of business and closed.
(see video above)
Indeed, this is very far from the older cardmakers from the XVIIIth century, the only operations still made by hand being the sorting of the cards. The video focuses on the Tarots, although some spanish suit or asian cards can be seen too. The journalist concludes by celebrating Marseille as the capital of … belote ! 
As the reporter indicates, the card factory business may date back to 1760, but there was no « Camoin » then, as it was Conver and afterwards Levenq de Conver & Cie. Jean-Baptiste Camoin (1819-1886)  became associated to the said factory by his second mariage in 1863 to Marie Magdeleine Martin, who was herself a partner in the factory. Thierry Depaulis describes pretty well in « Cartes à Jouer et Tarots de Marseille » how J-B Camoin took ahold of the company, not long before becoming the only cardmaker in Marseille, by buying his competitors or crushing them through the industrialization of cards production.
TD also writes
« before Camoin arrived in the company, everything was made by hand, printing, smoothing, cutting, coloring »
So we can understand that the arrival of the Camoin name in cardmaking marks the definitive cessation of the master cardmakers tradition.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.