F.A.Q. Triomphes de Paris

Foire Aux Questions

D’où viennent les images et où puis-je les trouver ?

Les images sont des créations originales que j’ai dessinées et gravées – elles trouvent leur inspiration dans le tarot de Jacques Viéville, mais ne sont visible que sur les exemplaires des Triomphes de Paris. Conséquemment, leur reproduction est prohibée sans l’autorisation de l’auteur.

Quelles sont les différences en comparaison avec un jeu de cartes industriel ?

Les dos ne seront pas aussi homogènes qu’un jeu imprimé industriellement et les dessins ne seront pas toujours exactement centrés.

En fait tous les aspects des cartes seront légèrement plus variables qu’un jeu industriel ou imprimé avec des techniques plus modernes (numérique ou offset par exemple), ainsi la découpe ne sera peut-être pas aussi parfaitement homogène que les jeux auxquels vous êtes habitués, le trait n’aura pas forcément la même intensité sur chaque carte – même si le triage des cartes consiste également à rassembler des jeux homogènes.

Ces petits détails et ces petites variations sont aussi ce qui fait que votre jeu est unique et peut-être aussi son « mojo » ou son aura.

Peut-on les utiliser pour la cartomancie ?

Si vous y croyez, oui, cela dépend essentiellement de vous.

Les petites imperfections dûes à la main de l’artisan ne devraient pas poser de problème. Ainsi, même si leur travail était certainement plus précis et constant que le mien, les cartes des anciens cartiers ne présentaient pas la régularité (ou la monotonie) des cartes industrielles. Cela n’a pas empêché Antoine Court de Gébelin et nombre de cartomancien depuis de les utiliser à cette fin.

En outre si vous tirez les cartes depuis quelques temps, vous avez dû remarquer que l’usure de vos jeux n’a pas d’impact sur votre pratique divinatoire, peut-être connaissez-vous même un ou une cartomancien(ne) qui utilise un vieux jeu de tarot arrondi de tous côtés et patiné par le temps et l’usage.

Y-a-t-il un soin particulier à prendre avec ces cartes ?

Oui, elles seront sans doute plus fragiles que des cartes ayant subi un traitement à base de vernis chimiques. Méfiez-vous de l’humidité ou de la sécheresse excessives, et surtout des variations brutales d’hygrométrie. Attention aux tâches également, ces cartes ne sont pas lavables, essayer donc de les manipuler avec des mains propres au risque de leur apposer votre marque personnelle. Pour le reste prenez les mêmes précautions qu’avec d’autres cartes, en vous rappelant qu’il s’agit d’une série d’estampes et pas d’un tirage numérique.

Si vous souhaitez conserver l’enveloppe des cartes, prenez garde à la déplier délicatement lorsque vous l’ouvrirez !

Combien d’exemplaires et d’éditions comptez-vous réaliser ?

Il existe une seule édition, qui a été tirée à 32 exemplaires – on peut en trouver les descriptions sur la page des archives des Triomphes de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.